Histoire d’un succès : le chino

Histoire d’un succès : le chino

Publié le : 16 mai, 2022

Ecrit par :
Team HAST

Après le tee-shirt et le sweat-shirt, nous continuions notre saga de l’été avec une nouvelle histoire… Celle du chino. Aussi appelé « khaki », il fut d’abord porté par des militaires en quête d’un bas de pantalon léger et surtout qui puisse se fondre plus facilement dans le paysage. 

De nos jours, pièce emblématique du style workwear, le chino fait partie des indispensables à avoir dans sa garde-robe, au même titre que votre denim préféré. Se mariant parfaitement avec des pièces casual ou plus chic, il vous assure un style quotidien facile et se décline à l’infini.

Uniforme militaire devenu symbole du mouvement preppy avant de se hisser au rang d’iconique du dressing masculin : quelle est l’histoire du chino ? C’est la sucess story que nous vous proposons de retracer aujourd’hui. Non sans émotion, car Hast et le chino, c’est une grande histoire d’amour. Retour sur l’histoire d’un pantalon essentiel qui n’a pas fini de se renouveler. 

Les origines du chino

Revenons aux fondamentaux. Déjà : pourquoi a-t-on inventé le chino ? Pour commencer, le chino est né à deux endroits différents. Tout d’abord, au milieu du 19ème siècle, lorsque les armées britanniques occupent une partie de l’Inde. L’officier Sir Harry Lumsden trouve les uniformes militaires en rouge et blanc un peu trop voyants et surtout très chauds. Il a alors la bonne idée de créer un pantalon en coton dans des teintes naturelles, entre le kaki et le beige. De là vient le nom « khaki » également donné au chino, qui signifie « couleur du sol » en hindi. 

Au même moment, durant la guerre hispano-américaine, on trouve des soldats habillés de ce fameux pantalon. Les troupes américaines implantées aux Philippines décident de délaisser leurs bas en laine pour une matière moins chaude, le coton. Le tissu était alors importé de Chine, ce qui explique pourquoi les soldats ont appelé ce vêtement « chino », signifiant « chinois », en espagnol. 

A star is born : le chino

Comme d’autres vêtements, à l’instar du tee-shirt, le chino a été conçu pour répondre à un besoin pratique avant de devenir la pièce casual que l’on connaît. Ainsi, lorsque la Seconde Guerre mondiale se termina, les soldats américains continuèrent de porter le chino dans leur vie civile, et notamment à l’Université. Cela participa fortement à sa démocratisation et le chino devint même la pièce maîtresse du style preppy, un mouvement de mode lancé par les étudiantes des classes aisées américaines. 

Puis, comme souvent dans la mode, les mondes de la musique, du cinéma ou encore de la littérature se sont emparés de la tendance jusqu'à créer un véritable mythe. On retrouve le chino à l’écran, porté par des stars comme Steve Mc Queen ou Marlon Brando. Représentants d’une nouvelle allure affirmée, les icônes de l’époque associent le chino à une silhouette libérée. D’autres personnalités, comme Jack Kerouac, chef de fil du mouvement de la beat generation, portent le chino, comme l’uniforme du nouveau rebelle élégant. 

Un petit coup de mou

Le chino a aussi eu son petit coup de mou. Après un succès fulgurant, il a connu moins d’engouement de la part des générations suivantes, qui le reléguaient au rang de pièce à papa, un peu ringarde. Mais comme en mode, tout est une histoire de cycle et d’éternel recommencement, le chino a fort heureusement retrouvé depuis tout son panache et son statut d’indispensable. Se jouant à l’infini, il se décline dans des teintes intemporelles ou des coloris plus vifs et se pare de détails originaux.

Le chino by Hast

Véritable essentiel, le chino a naturellement rejoint les collections Hast en 2019. Très facile à porter avec une chemise, un tee-shirt ou même une sport jacket, le chino by Hast est à la fois simple, avec des finitions discrètes et élégantes, mais aussi intemporel et durable, par sa fabrication dans des tissus de qualité, en toile de coton italienne. Pour la saison, nous avons choisi des coloris solaires, comme le prune ou le marron ocre qui rejoignent le rang des fidèles marine et kaki. Un conseil : glissez-le dans votre valise d’été entre votre passeport et une paire de lunettes de soleil.